Digital : comment la nouvelle génération d'huissiers perçoit cette transition

Huissier Témoignage Numérique

Nombreux sont les métiers qui vivent une transformation digitale. Le métier de Commissaire de justice n’échappe pas à cette mutation.

Le métier d’huissier est une profession dans laquelle la moyenne d’âge est plutôt élevée (49,6 ans selon une enquête du ministère de la Justice, 2016). Chez Preuvéo, nous avons donc décidé d’aller à la rencontre de la nouvelle génération de Commissaires de justice pour savoir comment ces professionnels appréhendaient ce challenge numérique. Nous avons eu envie de donner la parole à ceux qui exercent le métier depuis peu pour comprendre la manière dont le digital allait, selon eux, s’intégrer au futur de leur profession.

 

👉 TÉLÉCHARGEZ L’ÉTUDE COMPLÈTE

 

Le digital et la profession de Commissaire de justice

Une transition digitale inégale

Avant de s’intéresser à la manière dont la nouvelle génération perçoit le numérique, arrêtons-nous quelques instants sur l’évolution des outils digitaux au sein des études de Commissaire de justice.

À l’heure actuelle, beaucoup d’études possèdent au minimum un site internet. Certaines proposent même un site dédié aux ventes aux enchères sur lesquels elles présentent les biens à vendre.

Néanmoins, une grande disparité persiste entre les études. Si toutes les études avaient les mêmes problématiques, ce serait trop simple !

Certaines, plutôt dans des grandes villes d’ailleurs, possèdent des outils digitaux depuis de nombreuses années. Cela comprend aussi bien un site internet pour les justiciables, que des outils internes pour faciliter la collaboration entre les membres de l’étude. 

A contrario, certaines études ne possèdent aucun site internet ou réseau social. Cette absence s’explique selon certains Commissaires de justice par “un manque de temps et aussi de connaissances”.

Et malgré tout, la profession à bien conscience qu’un changement est en train de s’opérer et qu’il faut prendre le “virage du numérique”.

 

Une profession prête pour sa transformation numérique

Lorsque nous interrogeons la nouvelle génération de Commissaires de justice sur la manière dont la profession voit le numérique, la quasi-totalité (96,7% des répondants) s’entend sur le fait qu’elle se sent concernée. Pour eux, la profession doit prendre le virage du digital.

Une minorité (1,6% des répondants) pense néanmoins que la profession ne se sent pas concernée par la question. Voire, pour certains (1,6% des personnes interrogées), que les rapports entre les Commissaires de justice et la transformation digitale de leur métier sont conflictuels, car les nouvelles technologies vont nuire à leur métier.

 

👉 CONSULTEZ L’INFOGRAPHIE

 

Transformation digitale : un indispensable pour les huissiers

Les personnes que nous avons interrogées ont pour la majorité moins de 35 ans (75,4% des répondants) et ils exercent dans des études de tailles variées.

Pour eux, la transformation numérique de leur métier est indispensable (62,3% des personnes interrogées). Les outils digitaux leur permettent d’obtenir de nouveaux clients.

 

Plus de 3 répondants sur 10 voient le numérique comme relai de communication

 

Pour 32,8% des Commissaires de justice interrogés, les outils numériques sont avant tout un moyen de se faire connaître auprès des particuliers et des entreprises plutôt que de gagner réellement de nouveaux clients. 

Une minorité (4,9%) se sent néanmoins contrainte par ce changement.

Le numérique : une compétence à part entière

Naturellement, nous pourrions penser que les Commissaires de justice réticents vis-à-vis de la transformation numérique sont ceux qui ont le moins d’appétence pour le sujet.

Notre enquête nous montre qu’il n’y a pas de lien automatique entre la manière dont les huissiers voient la transformation de leur métier et leurs compétences digitales. 

 

Plus de 9 répondants sur 10 se sentent obligé d’acquérir des compétences digitales

 

Parmi les moins à l’aise avec les outils digitaux (9,8% des répondants), la moitié considère que le digital est indispensable aujourd’hui pour acquérir de nouveaux clients.

Au contraire, ⅓ des répondants se sentant contraints par cette transformation digitale considèrent s’adapter facilement à ces nouvelles technologies.

 

👉 TÉLÉCHARGEZ L’ÉTUDE COMPLÈTE

 

Globalement, la nouvelle génération de Commissaires de justice considère s’adapter facilement aux outils numériques (60,7% des personnes interrogées). Et 29,5% d’entre eux se sentent même particulièrement à l’aise avec ces nouvelles technologies.

 

Transformation digitale : un défi parmi d’autre

Le virage du digital que doit prendre la profession n’est pas le seul challenge mis en avant par la nouvelle génération de Commissaires de justice.

La fusion des ex-huissiers de justice et des ex-commissaires-priseurs, qui forment depuis le 1er juillet 2022 les Commissaires de justice, fait naître de nouveaux défis : maîtrise de l’ensemble des missions, installation au sein d’une étude, clarification des missions auprès des justiciables…

Pour en savoir plus sur les défis que la nouvelle génération de Commissaires de justice aura à relever, consultez notre étude complète.

 

Enquête Preuvéo auprès de la nouvelle génération de Commissaires de justice

L’enquête a été réalisée entre le 13 juillet 2022 et le 20 septembre 2022 auprès de 62 Commissaires de justice exerçants partout en France. 
62,8% des répondants sont des femmes et 37,2% sont des hommes.
Tous exercent dans des villes de tailles diverses, représentatives des lieux d’exercice de la profession (27,4% exercent leur métier dans une métropole, 25,8% dans une petite ville de moins de 20 000 habitants, 24,2% dans une ville moyenne et enfin 22,6% dans des grandes).

 

👉 CONSULTEZ L’INFOGRAPHIE